Manifesto

Le cirque est vie, le cirque est Zoé.

Il est notre vie, notre création, notre œuvre d’art.
La part plus profondément ancrée, la plus ancestrale, reliée à la terre, intense nécessité vitale.
La part la plus légère, la liberté, le songe.
« Hommes, revenez à la terre », affirmait Zarathustra .
Notre cirque est terre et âme, il est là pour défendre l’énergie créatrice et génératrice capable d’engendrer l’existence.

Là où la vie et l’œuvre d’art se fondent et coïncident, le sacré et le profane courent l’un au-devant de l’autre à-travers le vrai et la représentation.

Zoé est vie à l’état de nature, nue.
Nous choisissons alors l’errance, le groupe et l’autonomie, et non pas la production d’art.
L’errance est nécessité en mouvement.
Tout ou rien. Car nous ne sommes qu’organes et viscères quand le corps dicte les règles.

Nous sommes aussi bien la nécessité du corps, que le geste qui en émane. Honnête et concret.
Mais le nôtre est monde des illusions, espace de l’existence au sein duquel nous préparons ce qui est, à la fois gageure la plus haute, que le plus misérable des échecs, chacun pour sa part.

Puissance et misère, éternels et en terre, dramatiques et ridicules, poètes et ouvriers.